dimanche 28 décembre 2014

Si je reste, de R.J. Cutler.

Réalisateur : R.J. Cutler.
Date sortie FR : Le 17 Sept 2014 au ciné et le 21 Janv 2015 en Dvd et Blu-Ray.
Genre : Drame (Etats-Unis)
Durée :  1h46

Les Acteurs : Chloë Grace Moretz, Jamie Blackley, Mireille Enos, Joshua Leonard, Jakob Davies...

Note : 5/5  

Synopsis : 

"En un seul moment, tout peut changer. Mia, 17 ans, n'a aucun souvenir de l'accident : elle arrive uniquement à se rappeler avoir roulé le long de la route enneigée de l'Oregon avec sa famille. Puis, en un clin d'oeil, elle se retrouve observant son propre corps dévasté ... L'adolescente sera tiraillée entre l'envie de rejoindre ses parents dans l'au-delà et celle de se réveiller et de retrouver son petit ami et ses proches..."



La Chronique :

Adaptation Cinématographique du roman "Si je reste" de Gayle Forman.

"VIVRE POUR AIMER"

Mia Hall est une jeune fille de 17 ans, passionné par la musique classique au milieu d'un monde accroc au rock et tiraillé entre son histoire d'amour avec Adam et son premier amour : le violoncelle ! Jusque là... Tout semblerait à peu près "normal", cohérent pour une vie de lycéenne en dernière année en pleine réflexion pour son avenir. 
Mais tout est bouleversé lors de cet accident...
Adam ou le violoncelle n'est plus le seul choix qui s'impose à elle... Plongée dans le coma, Mia va devoir faire le choix le plus difficile de toute sa vie : Vivre ou mourir ? Rester alors qu'elle vient de perdre sa famille, ou abandonner, lâcher prise et partir... Car peu importe les actions des médecins pour la maintenir en vie, le choix définitif lui revient à elle et à elle seule. 

Encore plus bouleversant sur écran que dans les mots de Gayle Forman, Si je reste nous touche droit au cœur et croyez moi, j'en ai usé des mouchoirs ! Alors que Mia est dans le coma, face au choix horrible qui s'impose à elle, face à ses grands-parents et ses amis abattus dans le Hall de L'hôpital, nous revivons tout ce qui faisait d'elle la jeune fille de 17 ans passionnée par le violoncelle. La musique, son enfance, ses parents exceptionnels, son petit frère adorable et Adam... Au travers de petits souvenirs parfois anodins ou au contraire bouleversants, on partage ce dilemme à quoi fait face Mia : "Si je reste ?"est la question que se pose la jeune femme au travers de sa vie et de son passé, qui ne seront à jamais plus que souvenirs si elle décidait de rester...

Bref, j'avais beaucoup aimé le livre qui avait fait le sujet d'une chronique il y a quelque temps : ICI ! Et le seul reproche que j'avais pu lui faire était le manque d'émotion à laquelle je m'attendais dès l'accident, mais ce film corrige tout ces petits défauts et franchement je suis épatée ! Et je ne vais d'ailleurs pas aller plus loin, car je pense que cette petite chronique ce suffit à elle même. Juste une dernière phrase qui le résumera parfaitement : 
N'hésitez pas une seule seconde à visionner cette fantastique histoire aussi belle que bouleversante ! 


Bande-annonce :



The Walking Dead - saison 5, épisode 6 : Consumed.


Comme à chacun des épisodes, il va de soit que cet article comporte des spoilers (entre balises).

Créateur : Frank Darabont et Robert Kirkman.
Date diffusion Ep 6 - US : Dimanche 16 Novembre 2014 sur AMC (Audiences : 14.07 millions).
Date diffusion Ep 6 - FR : Lundi 17 Novembre 2014 en VOSTFr sur OCS Choc.
Genre : Horreur - Drame (Etats-Unis).

Acteurs : Andrew Lincoln, Norman Reedus, Steven Yeun, Lauren Cohan, Chandler Riggs, Danai Gurira, Melissa McBride, Michael Cudlitz, Chad L. Coleman, Sonequa Martin-Green, Lawrence Gilliard Jr, Josh McDermitt, Christian Serratos, Alanna Masterson, Andrew James West.


Note : 5/5  

La Chronique : Déconseillé aux moins de 16  ans.

Avis général, sans aucun spoilers : 
Il ne s'agit pas là de l'épisode le plus rythmé de la série (au contraire !), mais il n'en reste pourtant pas moins l'un de mes épisodes préférés de cette première partie de saison !

/!\ Spoilers sur les précédents épisodes :
Le début de l'intrigue de cette fin de première partie de saison que l'on attendait tous, commence réellement dans ce sixième épisode de la saison 5 !
Que c'est-il passé pour que Carol se retrouve inconsciente à l'hôpital en compagnie de Beth ? Et de ce fait, avec qui d'autre Daryl est-il rentré à l'église ? A sa façon de parler lors de son retour, il ne s'agissait clairement pas de Carol... Mais aussi et pour moi il s'agissait là de la question la plus importante : Quand et comment allions nous retrouver Beth ? Personnage plein de potentiel, qui m'avait énormément plus lors de la saison 4 !

Bref, on retrouve donc Daryl en compagnie de Carol au début de cet épisode, à l'avant d'un véhicule, poursuivant en toute discrétion leur filature de la voiture à la croix blanche dans les rues d'Atlanta. Je dois reconnaître, qu'il ne s'agit pas là de l'épisode le plus rythmé de la série (au contraire !), mais il n'en reste pourtant pas moins l'un de mes épisodes préférés de cette première partie de saison.
Je reconnais que la présence de Daryl sur 90% des plans y est pour beaucoup (lol)..., mais pas que !!!
J'ai surtout apprécié le retour aux "sources" dans la relation entre Carol et lui, parsemé par petites touches tout au long de l'épisode. Leur "complicité" née lors de la saison 2 (après la mort de Sophia) était pratiquement devenue inexistante lors du début de la saison 4, et la voir revenir lors d'un épisode comme celui-ci m'a beaucoup plu.
Chose pourtant étonnante de ma part, car j'avais fini par ne plus du tout apprécier le personnage de Carol au fil des épisodes... A tel point que cela ne m'aurait fait ni chaud ni froid si l'on découvrait sa mort très bientôt... A tel point que lorsque Rick la met à la rue en première partie de saison 4, cela m'a "choqué" parce que je ne m'attendais pas à ça, mais ça ne m'a pas attristé non plus... Elle est devenue une femme sans cœur, apprenant aux enfants des choses qu'ils ne devraient peut-être pas savoir malgré le monde qui les entour, tuant une femme désireuse de vivre et sans défense, et qui exécute une petite fille... Bon oki, cette gamine était devenue une psychopathe, mais elle n'en restait néanmoins qu'une enfant, l'espoir, la jeunesse, la fragilité... (cet épisode était quand même horrible !)
MAIS, je dois tout de même reconnaître qu'elle est quand même cool parfois ! Quant elle sauve tout le monde du Terminus, ou qu'elle rejoins Tyreese et les filles, juste à temps pour sauver la petite Judith. Elle est super aussi quand on sait l'évolution qu'à subit son personnage : passer d'une femme battue, sans identité et soumise à son mari, à une femme bien plus forte que la moyenne. Très peu de gens sont capable de faire ça... Et c'est pour cette raison, que j'ai été contente de la retrouver dans ce sixième épisode avec Daryl comme "avant".
J'ai pu à nouveau entrapercevoir la Carol avec le cœur sur la main, une sensibilité, tout en restant une femme forte, celle que l'on connaissait avant qu'elle ne s'endurcisse un peu trop. Et j'ai apprécié ça ! Elle nous laisse lire ses sentiments, "s'ouvre" un peu plus, nous laisse comprendre un peu plus de son passé et nous permet alors de nous souvenir à quel point les personnages ont changé au fil des mois et à chaque zombie ou humain achevé. A quel point ils ne se remettront jamais de cette "expérience"...

/!\ Spoilers sur l'épisode saison  :
Bref, au court de cet épisode, on retrouve aussi le Noah de Beth à l'hôpital, celui qui avait fini par s'évader en abandonnant la jolie jeune fille. Et c'est plutôt sympa de retrouver ce nouveau personnage, prêt à sauver la belle et sa rencontre avec Daryl et Carol et sympathique aussi !
Donc, après le jeu du chien et chat entre eux, ils se retrouvent tout trois en accord pour une chose : Sauver Beth ! Quand Carol se fait écraser par l'une des voitures à la croix blanche et emmené à l’hôpital... On comprend donc alors que Daryl rentre chercher de l'aide pas en compagnie de Carol ou Beth, mais bel et bien avec le jeune Noah ! Cette dernière scène promet de l'action, de la surprise et surtout le retour de pas mal de personnages qui nous manquaient (comme Rick ♥) sur nos écrans ! 

jeudi 11 décembre 2014

PUB ! Créafun by Sheila sur Facebook !


Je dois vous faire ce petit billet sur cette formidable créatrice depuis un petit moment et puis, une chose en entraînant une autre, j'ai complètement oublié... *Oups...* Néanmoins, peut-être qu'aujourd'hui à l'approche de Noël, je vais sauver la mise de certains à court d'idée pour les cadeaux. Eh oui, il ne vous reste plus que 13 jours pour trouver ces petits paquets multicolore à déposer au pied du sapin ! 

Résultat de ma première commande : 100% Satisfaite ! 


Alors ? Vous en pensez quoi ?

Je vous présente donc Créafun by Sheila, une page facebook de création artisanale, originale et personnalisée de bijoux fantaisies. Vous y trouverez de tout : de magnifiques bracelets agrémentés de breloques qui vous ressemblent, de splendides marques-pages pour oublier les papiers froissés qui orne habituellement les pages de vos livres, des bagues, colliers, portes clés, bijoux sacs et j'en passe... Créafun n'est pas qu'un site qui vous propose des bijoux prédéfinis et déjà créés, (il y en a bien sur, mais pas temps que ça ^^), c'est surtout un site qui vous propose de faire vos propres commandes personnalisées ! Alors n'hésitez pas à contacter Sheila par MP et commandez lui toutes vos envies ! Je peu vous assurez qu'elle sera toujours là pour vous répondre avec gentillesse et professionnalisme ! (Je viens d'ailleurs de passer une seconde commande, je vous montrerez le résultat très bientôt ;))

Une page facebook qui vend des bijoux, n'est ce pas un peu l'arnaque ? Allez-vous me dire. Eh bien non ! Pour avoir tester par moi même, je peu vous assurer que ce n'est pas le cas et de nombreuses personnes sont d'ailleurs là pour le témoigner sur sa page facebook. ;)

Les Liens utiles !
La page où vous pourrez avoir un aperçu de toutes ses créations et surtout, où vous pourrez contacter Sheila par mp est ICI !
Quant aux détails sur les commande et les modalités de paiement, c'est ICI !


Description de Créafun et d'autres créations : 
"Je crée des bijoux fantaisies suivant mes idées, mais aussi suivant vos envies, vos souhaits, ... 
vous cherchez un cadeau personnalisé à faire, contactez moi par mp, et nous réfléchirons ensemble au moyen de faire plaisir à vos proches par une petite pensée qui leur montrera que vous les connaissez bien et que vous tenez à eux. (un bijou, un porte clés, un marque pages, un bijou de sac ou de téléphone, ...)"

















On Dublin Street : Tome 2 - London Road, de Samantha Young.

Auteur : Samantha Young.
Titre Original : Down London Road (sortie en 2013)
Date sortie FR : 11 Juin 2014, aux éditions "j'ai lu" - 13€50.

Genre : .New Adult, Romance Contemporaine.

Critique du Tome 1 : Dublin Street !
Note :  


Synopsis :

"Entre un père absent et une mère alcoolique, Johanna Walker, vingt-quatre ans, a toujours agi dans l'intérêt de son petit frère Cole. Pour lui assurer un avenir confortable, elle va même jusqu'à choisir ses partenaires selon l'épaisseur de leur portefeuille... Mais avec Cameron MacCabe, ce fragile équilibre vole soudain en éclats. Si son nouveau collègue du Club 39 ne répond en rien à ses «critères de sélection», se montrant même particulièrement mesquin avec elle, son regard ténébreux laisse pourtant entrevoir la promesse d'une passion interdite et tumultueuse. Aussi, lorsque Cameron emménage dans son immeuble, Jo est tentée, pour la toute première fois, de faire passer ses propres désirs en priorité..."


La Chronique :

Le premier tome "Dublin Street" avait été un véritable coup de coeur pour moi et il m'avait surtout permit de découvrir ce nouveau genre parfois très sympa dont tout le monde parle : Le "New Adult" !

Aujourd'hui, dans "London Road", on "oubli" Joss et Braden (même s'ils restent présents en personnages secondaires), et on y découvre Jo (la collègue de Joss au bar) et son histoire avec le beau Cameron qui ne tarde pas à nous passionner ! 

Dans le premier tome, je n'avais pas tellement accroché au personnage de Johanna Walker (Jo), décrite comme une bimbo, une croqueuse de diamant et j'avoue que ces deux points ne me motivaient pas spécialement à découvrir son histoire... Seulement, amoureuse du style d'écriture de Samantha Young et surtout impatiente d'en savoir plus sur l'histoire de Braden, Joss, Ellie et Adam, j'ai craqué et je me suis très vite plongée dans celui-ci ! 
Et alors ? AUCUN REGRET ! 
C'est un nouveau coup de cœur pour moi avec ce second tome signé Samantha Young. J'ai finalement été agréablement surprise d'accrocher si vite avec le personnage de Johanna Walker ! Elle n'est pas celle que l'on s'imagine dans Dublin Street, elle est belle, séduisante, souriante, forte, courageuse et à la fois une femme brisé... Une personne simple, prête à tout pour sa famille, attachante et bien plus douce, sociale et empathique que ne l'était Joss finalement. 
Ce livre nous partage bien plus qu'une passion naissante et incontrôlable entre deux personnes, il nous donne une très belle leçon de vie et de courage par l'histoire personnelle de Jo, et nous fait rêver par sa relation avec Cameron. Une très belle histoire capable à la fois de vous émouvoir, de vous faire rire et de vous faire pleurer, et tout ça en ne cessant JAMAIS de vous passionner ! De plus, Samantha Young à toujours une plume irréprochable, fluide et son imagination nous crée des personnages extra et des histoire rondement bien menés ! J'adore ! 

Ce qui est aussi très appréciable dans cette série, c'est que même si l'histoire est basé à chaque tome sur des personnages différents, tout reste connecté et on retrouve systématiquement nos petits chouchous des précédents ! Alors voilà, j'ai pu retrouver une Joss toujours aussi exceptionnelle et heureuse, "folle" et tellement franche que ça en est hilarant, ainsi qu'un Braden et Ellie toujours fidèles à eux même. Je crois que pour Joss, je l'ai encore plus apprécié dans celui-ci d'ailleurs. 

Bref, en conclusion :
Un véritable bijou ! Un gros coup de cœur pour cette série ! Toutes les personnes septiques à la New Adult ou déçue par le genre, devraient au moins donner une chance à ce petit livre dont les couvertures ne sont peut-être pas fabuleuse, mais où le contenue y est tout simplement ! London Road est une boîte de chocolat, de laquelle on ne sort pas le nez avant de l'avoir fini ! J'attends le troisième tome avec impatience ! :D


Extraits :

"Même si je doutais que quiconque accepterait de mettre la coquette somme de trois cent soixante-quinze livres pour acquérir le fruit de son génie. J'émettais également certaines réserves sur la santé mentale de la personne prête à débourser un tel montant pour cette toile qui, semblait-il, s'était trouvée près d'une voie ferrée quand un wagon rempli de peinture avait violemment déraillé."

"- Il m'a dit que j'avais encore beaucoup à apprendre.
Cela me fit dresser un sourcil surpris. 
- Apparemment, lui aussi. 
- Ouais. (Joss se rembrunit.) Du coup, il a un bleu de la taille de mon poing sur le biceps. Petit crâneur condescendant. (Elle haussa les épaules.) Cela dit, il se peut que, peut-être, si ça se trouve, il n'ait pas eu complètement tout à fait tord."

"-Devine qui était là, au bar, hier soir ?
J'avais toujours été nulle à ces jeux.
-Qui ça ?
-Le beau gosse de cette expo minable.
- le beau gosse ? s'étonna Braden en interrompant sa discussion avec Clark.
Joss roula les yeux.
- Je te jure que ce n'est qu'un adjectif accolé à un substantif.
- Quel beau gosse ? intervint Ellie en se penchant devant Adam pour mieux voir Joss, mettant brusquement un terme à ce que sa mère pouvait lui dire.
- Il y avait un beau ... (elle se corrigea). Un garçon qui était peut être ou pas légèrement attirant. Je n'en suis pas certaine, car je ne remarque plus le physique des hommes depuis que je sors avec mon petit copain si merveilleux et fantastique qui me comble de ...
-C'est bon inutile d'en faire des tonnes.
Braden la gratifia d'un coup d'épaule et elle le contempla en battant des cils, feignant l'innocence avant de se retourner vers Ellie."

"Je les trouve assez captivantes, finalement. La plupart du temps, il est question de personnes ordinaires s'élevant vers l'extraordinaire. On voit ça tout les jours dans les livres. Il se trouve que ceux-ci ont en plus des dessins géniaux pour illustrer ce que les mots ne peuvent pas décrire."



mercredi 10 décembre 2014

Top Five SériesAddict #130 : Les personnages qui nous ressemblent / by Isa.


"Top Five Séries Addictimaginé par tequi de smellslikechickspiritest un rendez-vous hebdomadaire très simple, dans lequel je posterais chaque fois un nouveau top, sur un thème concernant l'univers des séries. 


Cette semaine, je continue avec : 

Les personnages qui me ressemblent...

Merci à Tequi pour ses thèmes innovent de semaines en semaines, mais pour le coup, celui-ci  n'est carrément pas facile... Il m'a donné du fil à retordre et j'ai du embêter pas mal de monde autour de moi pour avoir un peu d'aide. ça aurait été tellement facile de répondre à ce thème pour l'une des trois autres filles du blog que pour moi... 



N°5 Skye (Agents of Shield) : 
Skye est une accroc aux ordis, capable de pirater n'importe quoi. Pour le coup, ce n'est pas du tout mon cas, mais du côté des ordi, j'ai un autre domaine de prédilection que le piratage : On fait souvent appel à Skye pour découvrir des informations importantes et sauver le monde, on fait appel à moi dès qu'on a besoin de la magie que peu produire photoshop ! Je l'accorde, ça n'a pas du tout la même importance, mais quand je vois Skye assise en tailleur avec son pc portable sur les genoux, je me vois moi en train de photoshoper ou moi en train de vous écrire juste à l'instant.
Pour le coup, on a aussi la même coupe de cheveux (lol), mais ce qui nous correspond aussi très bien à toutes les deux, c'est notre manière de mettre le nez partout là où il ne faut pas !



N°4 Peyton Sawyer (One Tree Hill) : 
Pour sa manie de se délivrer de tout ce qu'elle ressent dans l'art. Pour Peyton, son domaine de prédilection est le dessin, pour ma part, le coup de crayon a aussi eu une place importante dans ma vie et m'a beaucoup aidé, et même si aujourd'hui, je ne lui accorde certainement plus autant de temps que Peyton, d'autres passions on su avantageusement le remplacer. 
Photoshop est devenu mon havre de paix et l'écriture le seul moyen que je connaisse de me délivrer de ce que je ressens.



N°3 Beth Greene (The Walking Dead) : 
Parce que je suis aussi fragile qu'elle tout en faisant paraître le contraire. Parce que tout comme elle, je finis par devenir "insensibles" faces aux choses injustes qui se répètent trop souvent. 



N°2 Chandler Bing (Friends) : 
Pour sa bonne humeur, son côté joyeux et amusette, et aussi parce qu'il ne peu pas avoir une conversation sérieuse sans sortir quelques conneries entre temps. Il utilise l'humour comme mécanisme de défense face aux situations stressantes ou trop intime, ce qui est aussi une façade pour ne pas dévoiler son "âme". Et pour le coup, c'est tout moi ! 
Il a aussi et il faut le reconnaître, un coté assez taquin et casse-pied qui est carrément moi aussi ! lol


Mais la personne à qui je ressemble le plus est sans aucun doute : 


N°1 Phoebe Halliwell (Charmed) : 
Elle est sans doute le personnage chez qui je retrouve le plus de point commun avec moi. Peut-être est-ce parce que j'ai grandi en voyant Phoebe comme un modèle et qu'elle a vraiment fini par déteindre sur moi, ou alors je me fais un film... lol. Bref, elle est la plus empathique des sœurs, la plus attentionnée, celle qui a toujours le bon mot pour consoler les gens, la plus sensible aussi avec toujours une pointe d'humour et de "fraîcheur", et je pense que pour le coup, ces points communs sont sans aucun doute mes plus belles qualités ;) Sa plus grande peur est de perdre l'une de ses sœurs et ce serait sans doute quelque chose du genre pour moi aussi, si Barbas venait faire un tour par chez moi... De plus, elle a grandit en tant que dernière la famille, en tant que LA petite sœur, tout comme moi ;)




Et N°HS Willow Rosenberg (Buffy contre les vampires) :


Pour le coup, je ne vois personnellement pas trop la ressemblance, mais Aneso le pense, alors je me suis pliée à sa volonté et vais me contenter de la citer. Bah oui, parce que si c'est vrai, je pense que je ne m'en rendrais jamais compte par moi même...  Alors pour faire simple, elle trouve une ressemblance avec moi dans le côté "forte mais qui n'en à pas conscience", tout comme Willow dans les dernières saisons de Buffy. ;)



A très bientôt ;)
Et si ça vous tente, allez aimer notre pas facebook !


vendredi 5 décembre 2014

The Walking Dead - saison 5, épisode 5 : Self Help

Comme à chacun des épisodes, il va de soit que cet article comporte des spoilers (entre balises).

Créateur : Frank Darabont et Robert Kirkman.
Date diffusion Ep 5 - US : Dimanche 9 Novembre 2014 sur AMC (Audiences : 13.53 millions).
Date diffusion Ep 5 - FR : Lundi 10 Novembre 2014 en VOSTFr sur OCS Choc.
Genre : Horreur - Drame (Etats-Unis).

Acteurs : Andrew Lincoln, Norman Reedus, Steven Yeun, Lauren Cohan, Chandler Riggs, Danai Gurira, Melissa McBride, Michael Cudlitz, Chad L. Coleman, Sonequa Martin-Green, Lawrence Gilliard Jr, Josh McDermitt, Christian Serratos, Alanna Masterson, Andrew James West.


Note : 4/5  

La Chronique : Déconseillé aux moins de 16  ans.

Avis général, sans aucun spoilers : 
Après un démarrage sur les chapeaux de roues, la saison 5 se pose et prend le temps de nous en faire découvrir un peu plus sur certains personnages et il faut le reconnaître, c'est aussi plutôt sympa de temps en temps. 

/!\ Spoilers sur les précédents épisodes :
Lors de l'épisode précédent, on avait retrouvé notre cher Beth en chair et en os, dans un hôpital où la vie n'est pas aussi "paradisiaque" que l'on pourrait le croire et avec Carol qui la rejoignait inconsciente... Alors forcément, on s'attendait à une suite direct avec ce cinquième épisode... Et bien que je me doutais qu'ils ne nous laisseraient pas savourer nos retrouvailles si facilement et que nous allions devoir aller faire un tour du côté du "Bus", il me restait un petit espoir d'apercevoir quelques images... Mais... Non...lol.

/!\ Spoilers sur l'épisode 5 de la saison 5 :
Nous voici donc avec Abraham, Maggie, Glenn, Eugene, Rosita et Tara, sur la route de Washington et dans un bus qui leur sera très vite inutile... Bien que j'aurais adoré avoir la suite direct de Beth et Carol, ainsi que le sauvetage préparé sans aucun doute par Rick et Daryl, cet épisode a su m'accrocher pour une toute autre raison : Découvrir un peu du passé d'Abraham et plus particulièrement, ce qui l'a poussé à vouloir "sauver le monde" en compagnie de Rosita et Eugene...

Quelques flash back durant l'épisode nous montrent un Abraham violant, battant à mort des survivants et qui fini par tout perdre lorsque sa femme et son enfant l'abandonnent, et se font dévorer à quelques mètres dehors... Sur le point de mettre fin à ses jours, il tombe alors sur un Eugene en danger et surtout un Eugene déterminer à "sauver le monde".
Bref, on découvre qu'Abraham est torturé par la violence de son passé, mais on apprend aussi à quel point cette mission pour Washington était devenue la seule raison qui l'avait à l'époque amener à vouloir continuer de vivre... Alors qu'on le croyait soldat intègre et courageux, on découvre un Abraham bien différent au travers de cette épisode et j'ai plutôt bien aimé son histoire, même si j'aurais vraiment voulu en savoir plus et mieux le comprendre aussi...
Mais quand on sait grâce aux flash-back à quel point cette mission est importante pour lui, on comprend sa réaction lorsqu'Eugene avoue avoir menti depuis le début... Qu'il n'est pas le savant capable de sauver le monde... Waouh ! Alors ça... ça... C'était quand même sale !!! Nous faire miroiter qu'il y a peut-être vraiment un moyen de soigner ou d'éradiquer l'espèce des zombies et puis tout laisser tomber comme ça... ... Bon ok, je me doutais bien qu'ils n'allaient pas rejoindre Washington comme ça, qu'ils allaient avoir de grosses pierres sur leur route, voir même des hordes de zombies, des survivants plus psychopathe les uns des autres et d’innombrables morts. Que leur but finirait par être oublier ou peut-être même qu'Eugene serait mort avant d'avoir pu faire quoi que ce soit... Mais se retrouver en face d'un gars qui se fait passer pour un savant depuis x temps, qui se permet de jouer au froussard sous prétexte qu'il est le seul à pouvoir vraiment tous les sauver, qui a laissé mourir des personnes qui croyaient en lui, et découvrir qu'en faite ça n'est qu'un menteur et une lavette, ça me met hors de moi ! Ouais... ça m'aurait donné envie de le frapper à moi aussi... Merci Abraham !!! lol.

Bref, en conclusion : Plutôt sympathique cet épisode ! 

lundi 1 décembre 2014

Hunger games 3 - La Révolte : Partie 1, de Francis Lawrence.

Réalisateur : Francis Lawrence.
Date sortie FR : Le 19 Novembre 2014 au Cinéma.
Genre : Action, Drame et Science-Fiction (Etats-Unis)
Durée :  : 2h03.

Les Acteurs : Jennifer Lawrence, Josh Hutcherson, Liam Hemsworth, Woody Harrelson, Elizabeth Banks, Julianne Moore, Philip Seymour Hoffman, Jeffrey Wright, Stanley Tucci, Donald Sutherland, Willow Shields, Sam Claflin...

Note : 4.5/5  

Synopsis : 

"Katniss Everdeen s’est réfugiée dans le District 13 après avoir détruit à jamais l’arène et les Jeux. Sous le commandement de la Présidente Coin, chef du district, et suivant les conseils de ses amis en qui elle a toute confiance, Katniss déploie ses ailes pour devenir le symbole de la rébellion. Elle va se battre pour sauver Peeta et libérer le pays tout entier, à qui son courage a redonné espoir."


La Chronique :

Mon avis général au sujet de ce film est bon, mais je n'en reste pas moins déçue par quelques détails :
Le premier et la conséquence de tout les autres détails que j'énumérai ensuite, c'est le simple fait d'avoir divisé ce dernier tome en un film en deux parties ! N'allez pas croire que je ne serais pas ravie d'avoir un petit peu de rab de Katniss sur nos grands écrans, seulement, cela n'a pas été fait pour satisfaire les fans parce qu'il y avait beaucoup trop de matière et d'action dans le livre, mais tout simplement pour faire du FRIC !
Ce qui - il faut le reconnaître - n'a pas donné un film inintéressant, loin de là, mais plutôt quelque chose d'assez "plat" dans l'ensemble, sans action et avec pas mal de longueur en prime.
En ayant lu les livres avant, et en connaissant la première partie du troisième tome qui est bien plus "calme" que tout le reste de la saga, je m'attendais forcément plus ou moins à ça... Mais il n'empêche que je n'en reste pas moins déçue aujourd'hui... J'aurais largement préféré avoir un seul film de 3h, plutôt que d'avoir une sorte de bande-annonce ou pré-quel de 2h, juste pour annoncer la seconde partie de La Révolte...

Bref, on va passer aux détails de ce film que j'ai aimé et à ceux qui m'ont beaucoup moins séduite, en mettant de côté cinq petites minutes le film exceptionnel qu'ils auraient pu faire en rassemblant les deux parties :

Les bons points : On se retrouve au début du film avec une Katniss "brisé" par les Hunger Games et les épreuves qu'elle a dû subir. Et un Peeta entre les mains du Capitol... Pour le coup, je pense que le point fort de ce film (et de tout ceux de Jennifer Lawrence d'ailleurs), c'est le talent de l'actrice, les sentiments qu'elle est capable de nous transmettre par un simple petit discours. Son attachement à Peeta qui l'insupportait presque aux premiers Hunger Games. Mais aussi à sa petite sœur. J'ai adoré retrouver ce lien fraternelle entre les deux filles, qui a su nous rappeler finalement la cause et le point déclencheur de cette révolte.
Mais il n'y a pas que Katniss... Gale, Haymitch, Effie, Beetee, Primrose, Finnick... Sont tous des personnages attachants et interprété par de bons acteurs.
Bref, en résumé, découvrir les personnages plus en détails restent pour moi la principale raison qui m'a fait aimer ce film. Il n'y avait aucune action, mais cela aura pu au moins nous faire découvrir les personnages secondaires qui auraient été sacrifié s'il n'y avait eu qu'un seul film pour les deux parties de La Révolte. Sans oublier que cette première partie, fait ressortir encore plus à quel point le Capitol est ignoble et sans pitié.

Les mauvais points : Je ne vais pas me répéter et re-répéter, alors je vais faire court, les longueurs et le manque d'action reste les gros bémols de ce film. Voir Katniss marcher interminablement sur les décombres reste émouvant, mais au bout d'un moment un peu trop long... La voir descendre et monter les escaliers, ça va bien 3-4 secondes, mais après c'est lassant... La voir jouer avec un chat (même si c'est amusant au début), c'est idem... Ou encore des discours de la présidente qui ne servent pas forcément à grand chose, vu qu'on sait déjà ce qu'elle va dire. Bref... En mettant tout bout à bout et en supprimant les passages que les réalisateurs suppriment habituellement, une bonne heure aurait été suffisante pour ce film.
Mais bon... On ne pourra pas les refaire hein... Harry Potter et les reliques de la mort, par exemple avait déjà subi ce genre de reproche pour les même raison lors de sa sortie ciné, mais maintenant je m'y suis faite ! :D

En conclusion, comme je l'ai dis lors de ma toute première phrase :
Hunger Games - La Révolte : Partie 1 de Francis Lawrence, est un bon film (et ma note le prouve), à voir par tout ceux qui sont déjà accroc à cette univers, parce que certaines choses restent malgré tout importantes pour le déroulement et la suite de l'histoire. Quand à ceux qui n'ont pas encore donné sa chance à cette saga, n'hésitez pas une seule seconde ! Les deux premiers films sont de véritables coup de cœur pour ma part et le dernier film sera sans aucun doute exceptionnel ! :D


Bande-annonce :



dimanche 30 novembre 2014

The Walking Dead - saison 5, épisode 4 : Slabtown.

Avec énormément de retard, je reviens quand même vers vous vous donner mon avis sur les précédent épisodes de "The Walking Dead" saison 5 ! En recommençant avec l'épisode 4 et pas des moins intéressant, hihihiihi. Il va de soit que cet article comporte des spoilers sur l'intégrale des saisons précédentes et de la cinquième (entre balises).

Créateur : Frank Darabont et Robert Kirkman.
Date diffusion Ep 4 - US : Dimanche 2 Novembre 2014 sur AMC (Audiences : 14.52 millions).
Date diffusion Ep 4 - FR : Lundi 3 Novembre 2014 en VOSTFr sur OCS Choc.
Genre : Horreur - Drame (Etats-Unis).

Acteurs : Andrew Lincoln, Norman Reedus, Steven Yeun, Lauren Cohan, Chandler Riggs, Danai Gurira, Melissa McBride, Michael Cudlitz, Chad L. Coleman, Sonequa Martin-Green, Lawrence Gilliard Jr, Josh McDermitt, Christian Serratos, Alanna Masterson, Andrew James West.


Note : 5/5  

La Chronique : Déconseillé aux moins de 16  ans.


Avis général, sans aucun spoilers : 
Dans cet épisode l'action et le gore baisse un peu en régime, laissant place à une belle petite tension et des "découvertes" qu'on attendaient tous ! Et bien que cet épisode paraît bien trop calme en comparaison du précédent, il n'en ai pas moins intéressant et j'ai adoré. 

/!\ Spoilers sur les précédents épisodes :
Rappelez-vous, les survivants avez lors du précédents épisodes rayés le problème des cannibales d'une façon très bestiale et c'étaient séparés en plusieurs groupes. Le premier sur la route de Washington alors que le second restait à l'église, attendant le retour de Daryl et Carol sur la piste de Beth disparus depuis la saison précédente. On finissait donc l'épisode sur le retour de Daryl accompagné d'un mystérieux inconnu et sans Carol apparemment...

/!\ Spoilers sur l'épisode 4 de la saison 5 :
Mais parlons justement de Beth. Cet épisode était pour ma part l'un des plus attendu de la saison 5. Qu'était-elle devenue depuis le temps ? Je soupçonnais déjà que les "retrouvailles" deviennent une des principales intrigues de cette saison et qu'elles seraient donc probablement bourrées d'action, mais avec la fin de cet épisode, cela c'est carrément confirmé ! Mouahahaha ! J'ai hâte de voir Daryl et Rick dégommer ceux qui ont osé nous priver de notre jeune Beth (ou pas... lol) ! Pas vous ? 

Bref, il semblerait finalement que Beth est été "sauvée" au lieu d'être "enlevée" lors de la précédente saison. Arrachée de la menace des zombies, puis emmenée dans un hôpital, elle fut soignée et remise sur pieds. Pour le coup, c'était plutôt sympa de leurs parts. ^^ Mais quand on y regarde de plus prêt... Quand on comprend qu'elle se retrouve contrainte de "payer sa dette" en travaillant pour eux pendant une durée indéterminée, quand elle échoue dans son évasion, cet hôpital aux apparences de paradis devient très vite une véritable prison...

A la fin de cet épisode, Carol entre chez eux sur une civière inconsciente et on comprend alors que Daryl est bel et bien rentré à l'église sans elle et qu'une mission sauvetage va se révéler être l'action de cette fin de première partie de saison...

On sort donc à peine de la tension qu'avait provoqué les cannibales dans la série, pour entrer dans cette intrigue plus mystérieuse, mais qui pourrait-être tout autant intéressante et surprenante que celle avec "Le Gouverneur". Mais pourquoi quelque chose me dit que nous allons perdre quelqu'un dans la bataille ? Et pourquoi suis-je certaines de faire un blocage devant mon écran lorsque je comprendrais que je n'aurais pas de suite avant des semaines ?

Bref, il nous reste encore 4 épisode de cette saison à voir avant la pause hivernale (ou un seul, si tout comme moi vous êtes à jour), alors je vous dis à très vite pour le cinquième épisode et en attendant, pour ceux qui ne seraient pas à jour : Bon visionnage ;) Vous allez adorer cette épisode et ceux qui suivent ! :D

vendredi 28 novembre 2014

L'épreuve, Tome 1 : Le Labyrinthe - de James Dashner.


Auteur : James Dashner.
Titre Original : The Maze Runner.
Date sortie FR : Octobre 2012, 18€50 aux éditions Pocket Jeunesse.

Genre : Jeunesse, Dystopie. Fantastique. 


Note : 2,5/5  


Synopsis :

"Quand Thomas reprend connaissance, sa mémoire est vide, seul son nom lui est familier... Il se retrouve entouré d'adolescents dans un lieu étrange, à l'ombre de murs infranchissables. Quatre portes gigantesques, qui se referment le soir, ouvrent sur un labyrinthe peuplé de monstres d'acier. Chaque nuit, le plan en est modifié. 
Thomas comprend qu'une terrible épreuve les attend tous. Comment s'échapper par le labyrinthe maudit sans risquer sa vie ? Si seulement il parvenait à exhumer les sombres secrets enfouis au plus profond de sa mémoire..."


La Chronique :

J'ai passé de bons moments avec ce livre, néanmoins mon avis global à son sujet reste assez mitigé... Il s'agit là d'un bon livre, il n'y a pas de doute à ce sujet : son histoire est intéressante, intrigante et le style d'écriture de l'auteur est assez agréable à lire. Seulement, peut-être que l'histoire de Thomas et de tous les garçons vivants dans le labyrinthe, manque un peu de "simplicité" finalement ou de "complexité" ...

Hum... hum... Je sais que je suis assez contradictoire pour le coup, mais je vais m'expliquer. Ne paniquez pas !  :

Il manque de complexité parce que le récit est écrit très simplement... On suit les pensées de Thomas non stop, minute après minute, jour après jour et tout ça m'a assez souvent lassé. Trop de longueur dans la narration finalement. Il manque de simplicité parce qu'il  n'y a pas suffisamment de discussions et d'activités "basiques" entre les garçons du bloc, ainsi que des explications.
Bref, là où on trouve des passages du récit qui ne servent à rien et qui traînent trop en longueur, on nous coupe les discussions et explications qui nous passionnent carrément... C'est dommage...

Côté personnages, là où le film m'a séduit par rapport aux jeunes garçons attachants que j'y ai trouvé, le livre m'a un peu moins convaincu à ce sujet... Je sais que les garçons on dû subir pas mal d'épreuve dans le bloc et le labyrinthe, mais on oublie parfois que ce ne sont que des adolescents... Il manque d'une touche de légèreté chez certains personnages, même si je consens qu'il faut parfois quelques grincheux...

Quant au Labyrinthe, même critique que pour le film : Si seulement on avait eu le droit à plus de passages à l'intérieur ! J'aurais sérieusement adoré voir son côté vraiment sombre auquel je m'attendais...


Il n'empêche que ce livre comporte suffisamment de bons points pour me donner envie de continuer sur la suite :
Dans un premier temps, le lien psychique entre Thomas et la fille (inexistant dans le film d'ailleurs, ou alors je ne l'ai pas pigé du tout o.O?). Où cela va donc les mener ? A quoi sert-il vraiment et pourquoi eux ? Mais aussi et surtout la dernière partie du livre (son gros plus) qui monte en tension, en intrigue et les réponses qu'elle nous apporte. Une fin surprenante, qui n'est pas sans nous donner notre nouveau lot de questions et qui nous donne juste envie de lire la suite au plus vite !

Alors oui, je suis assez mitigé au sujet de ce premier tome, mais les derniers points m'ont apporté ce dont j'avais besoin pour en garder malgré tout un souvenir acceptable et envie de découvrir la suite. Une Dystopie qui commence doucement, mais qui devrait dès le second tome monter d'un cran en tension, révélation et action ! Espérons que je ne me trompe pas à ce sujet. Mais en même temps, si cette série à fait tant d’adepte, c'est qu'il y a sans doute une raison !

J'ignore encore si je lirai ce second tome ou si j'attendrais le film pour me donner encore un peu plus envie de le découvrir, mais je souhaite une très bonne lecture à tout ceux qui tenteront l'aventure. ;)


Extraits :

"Il réfléchit aux raisons d'une telle précaution et se demanda ce qui était le pire : se dire qu'on les enfermait à l'intérieur, ou qu'on voulait les protéger de ce qui se trouvait à l'extérieur. Cette réflexion balaya aussitôt le calme qu'il avait pu ressentir, car elle suscitait un million de possibilités, toutes inquiétantes, concernant ce qui pouvait rôder dans le Labyrinthe"

"- Tu sais, Thomas, je me sens bizarre en ce moment. ça fait drôle d'éprouver le mal du pays alors qu'on ne se rappelle même pas d'où on vient. Mais je ne supporte plus d'être ici. Je voudrais rentrer chez moi. Où que ce soit, quelle que soit ma famille. Je voudrais me souvenir."

"La créature était le fruit d'un mélange abominable de bête et de machine. Elle donnait l'impression de sentir qu'on l'observait, de savoir ce qui se trouvait entre les murs du Bloc, et d'être désireuse de pénétrer à l'intérieur pour se repaître de chair humaine. Thomas sentit une terreur glacée se répandre dans son torse et l'empêcher de respirer. Il était convaincu de n'avoir jamais rien vu d'aussi épouvantable."

"Il tourna à un angle du Labyrinthe, puis à un autre. Il courait de toutes ses forces. Dans un coin de son esprit, il s'efforçait de mémoriser le chemin, dans l'espoir de vivre assez longtemps pour pouvoir regagner la porte."

Le Labyrinthe, de Wes Ball.

Réalisateur : Wes Ball.
Date sortie FR : Le 15 Oct 2014 au Ciné et le 1er Fév 2015 en Dvd/Blu-Ray.
Genre : Science-Fiction, Aventure, Action (Etats-Unis)
Durée :  : 1h54.

Les Acteurs : Dylan O'Brien, Aml Ameen, Will Poulter, Kaya Scodelario, Thomas Brodie-Sangster, Ki Hong Lee et Blake Cooper...


Note : 3.5/5  

Synopsis : Avertissement : des scènes, des propos ou des images peuvent heurter la sensibilité des spectateurs.

"Quand Thomas reprend connaissance, il est pris au piège avec un groupe d’autres garçons dans un labyrinthe géant dont le plan est modifié chaque nuit. Il n’a plus aucun souvenir du monde extérieur, à part d’étranges rêves à propos d’une mystérieuse organisation appelée W.C.K.D. En reliant certains fragments de son passé, avec des indices qu’il découvre au sein du labyrinthe, Thomas espère trouver un moyen de s’en échapper."

La Chronique :

J'ai commencé le livre de James Dashner, - à l'origine de l'adaptation de ce film - quelques jours avant d'aller le voir au cinéma, c'est à dire en plein milieu de ma lecture ! (Chose que je ne referais plus jamais, c'est trop trop perturbant pour mon petit esprit, surtout quand il s'agit d'une adaptation comme celle-ci pas forcément très fidèle au livre... ) Je me suis donc retrouvée assez dépaysée durant la première partie du film par les 150 pages que je connaissais, mais que je ne retrouvais pas forcément dans le film, et par le reste de l'histoire dont j'ignorais tout ! Des scènes dans le désordre ou totalement différentes, d'autres choses pas tellement compréhensible non plus... En clair, le vrai bazar dans mon petit cerveau !

Il n'empêche que lorsque j'ai fini par faire la part des choses et me concentrer uniquement sur le film que j'avais sous les yeux, j'ai réussi à passer un bon moment avec cette histoire.


On se retrouve au milieu de jeunes garçons enfermés depuis près de 3 ans, dans ce qu'ils appellent "le bloc" et entourés d'un labyrinthe des plus particuliers... Ce Labyrinthe est d'ailleurs autant du point de vue de l'histoire que visuellement, le gros point fort de ce film et personnellement, je regrette de ne pas avoir vu plus en détail son fonctionnement et ressenti la frayeur qu'il pouvait provoquer. Avec un Labyrinthe aussi cool, aussi complexe et effrayant, dommage de ne pas l'avoir traité plus en détail et de ne pas nous avoir plongé plus souvent entre ses murs.
Bref, "Le Labyrinthe" est un film plus porté sur la psychologie que sur l'action, et même si là encore, j'aurais souhaité un petit peu plus de ce dernier point, ce premier volet d'une trilogie naissante à su m'apporter tout ce dont j'avais besoin pour accrocher un minimum - Une tension qui monte tout au long du film, et des jeunes comédiens attachants - mais sans plus.


En conclusion :
Une dystopie avec comme publique visé, encore et toujours les adolescents, donc forcément il ne fallait pas s'attendre à l'ambiance sombre et terrifiante qu'une histoire sur un labyrinthe pourrait nous faire supposer... Pour les fans de la saga littéraire (après avoir fini ma lecture du premier tome), il risque d'en décevoir plus d'un... Ce n'est malheureusement pas la meilleure adaptation livresque que je connaisse... (si ce n'est pas la pire). Mais si vous êtes friand de dystopie et que vous ne connaissez pas l'univers de James Dashner, ce film est fait pour vous !

Quant au second volet, il promet de monter d'un cran en tension et action ! J'espère pour le coup ne pas être déçue...


Bande-annonce :




jeudi 20 novembre 2014

Indécent, Tome 1 de Colleen Hoover

Auteur : Colleen Hoover
Titre Original : Slammed, Tome 1
Date sortie FR : 20 août 2014, aux Editions J'ai Lu


Genre : Romance Contemporaine



Note :  


Synopsis :

Pour surmonter le brusque décès de son père, Layken, âgée de 18 ans, part s'installer, avec sa mère et son frère, dans le Michigan. Sa famille la considère comme un roc, mais en son for intérieur, elle est désespérée. Bientôt, une rencontre va tout changer : celle de Will, son voisin passionnée de poésie, un être lumineux, patient et protecteur, qui partage beaucoup d'intérêts communs avec Layken, peut-être même trop...
Après un premier rendez-vous exceptionnel, le quotidien reprend ses droits et amène avec lui un obstacle infranchissable. Les circonstances auront-elles raison de leur attirance hors du commun? "



La Chronique :


J'avais choisi ce livre en pensant simplement passé un petit moment sympa... Mais j'étais bien loin du compte! 

Au commencement de l'histoire, tout se passe trop vite à mon goût, je me dis: "ouais, c'est bien ce que je pensais, c'est une romance qui a l'air sympa mais un peu trop banale".
J'avoue avoir été un peu déçue car j'espère toujours découvrir un gros coup de coeur chaque fois que je me lance dans un livre. 

Mais je me suis encore bien trompé... 

Au fur et à mesure des lignes je me suis retrouvé totalement accro et j'ai bien vite oublié le démarrage trop rapide. Et quand malheureusement, je l'ai eu fini, ce fut très difficile de le lâcher, j'en voulais encore encore et encore...
Le duo principal, Will et Lake, m'a totalement transporté au sein de leur histoire. A leur côté j'ai découvert des personnages secondaires très agréable, avec une mention particulière à Kel et Caulder qui m'ont fait craquer (et dont je ne vous dévoilerai pas leurs identités pour vous laisser les découvrir).
Indécent, n'est pas simplement une très belle romance, c'est aussi des drames, des choix difficiles, des remises en question permanente, des responsabilités, de la poésie... mais n'oublions pas l'amour, beaucoup d'amour. Ce livre m'a vraiment chamboulé, je pensé être passé par toutes les émotions possible au cours de ma lecture. J'ai souris, j'ai ris, j'ai éclaté de rire, j'ai été captivé, je me suis énervé, j'ai été triste, j'ai pleuré... J'aimerais beaucoup pouvoir le redécouvrir pour la première fois....

Mes petits bémols sur cette lecture seront surtout un démarrage trop rapide et un livre trop court et qui se lit trop rapidement. 
Oui je sais c'est toujours ce qu'on dis, mais là non, j'avoue que j'aurais aimé en avoir plus par moment, certains passage sont un peu trop vite écourté à mon goût  et j'aurais également adoré une fin bien plus étoffée. Mais malgré cela, je trouve ce livre absolument magnifique
Je me vous en dirais pas plus afin de ne pas en dévoiler de trop sur l'histoire. A part peut-être, pourquoi avoir donné un titre français comme "Indécent" ? là, perso, je ne comprends pas... quelqu'un saura peut-être capable de me l'expliquer.


Je n'ai qu'une chose à ajouter, vivement la suite, alors j'espère qu'elle arrivera très vite chez nous.



Extraits :

Quand mon père est entré dans la salle de bains et a vu ce que j’avais fait, il a rigolé et m’a soulevée pour m’asseoir sur le meuble.
— Maman ne s’apercevra de rien, Lake, m’a-t-il promis en attrapant quelque chose dans le tiroir du placard. Ça tombe bien, j’ai un instrument magique avec moi. (Il a ouvert la main et m’a montré une barrette violette.) Tant que tu auras ceci dans les cheveux, Maman n’y verra que du feu. "


" A cet instant, j'ai du mal à imaginer combien l'on souffre quand on à le coeur brisé. Si ça fait ne serait-ce qu'un pour cent plus mal que ce que je ressens maintenant, autant tirer un trait sur l'amour. Ca n'en vaut pas la peine. "


" — Bon, j’ai trouvé, j’annonce. Tu préfères te pisser dessus une fois par jour à une heure indéterminée ou pisser sur quelqu’un d’autre ?
— Ça dépend de qui on parle. Est-ce que je peux pisser sur une personne que je déteste ? Ou est-ce qu’on parle d’un inconnu ?
— Un inconnu.
— Alors je préfère me pisser dessus, répond-il sans hésitation. À mon tour. Tu préfères mesurer un mètre ou deux ?
— Deux.
— Pourquoi ?
— Tu n’as pas le droit de demander pourquoi, je réplique. Voyons…"





lundi 17 novembre 2014

Contes des Royaumes, Tome 1: Poison

Auteur : Sarah Pinborough
Titre Original : Tales from the kingdom 1: Poison
Date sortie FR : 21 mars 2014, chez Milady

Genre :
 Contes Revisités, Romance Contemporaine 



Note : 2,5/5  


Synopsis :


"Blanche-Neige, le conte de fées revisité : cruel, savoureux et tout en séduction.
Rappelez-vous l'innocente et belle princesse, la méchante reine impardonnable, le valeureux prince, la pomme empoisonnée et le baiser d'amour sincère...
... et à présent ouvrez ce livre et plongez dans la véritable histoire de Blanche-Neige, telle qu'elle n'a jamais été révélée ..."


La Chronique :

Premier conte revisité dans lequel je me lance, et je dois dire qu'il ne m'a pas suffisamment emballé pour me plonger dans les suivants pour le moment... Une réécriture vraiment très originale qui raviras tous ceux qui souhaite se plonger comme moi dans une mise en scène bien différente de l'original. 
On pourras apprécier que la belle mère soit mise en avant et qu'on la découvre sous des aspects bien différents. 
On oublieras facilement l'ancienne Blanche neige pour y découvrir une jeune femme loin de la réserve, la timidité ou encore la sagesse... 
Mais bien sur n'oublions pas la présence de notre Prince Charmant et bien évidemment des Sept Nains! 
Bref, on sera, ou pas, emballé par cette histoire et le style, mais en tout cas, je dois bien reconnaître l'originalité et la réussite d'une réécriture bien différente du classique que tout le monde connait.

Extraits :

Les yeux plissés face au soleil, Grognon se cala sur ses jambes et Fougueux grimpa sur ses épaules. Lorsqu’il fut bien en place, un troisième gravit cette échelle branlante pour venir se jucher sur lui.
— Continuez ! C’est magnifique ! s’exclama Blanche-Neige, tout sourires. On peut le faire. Vous pouvez y arriver !
— Ça va coincer en haut, à cause du manteau. Ça les déstabilise, dit Rêveur avant de prendre une gorgée de bière.
— Hmm, tu n’as peut-être pas tort. Peut-être faudrait-il mettre Grognon au sommet, fit Blanche-Neige en contemplant, sourcils froncés, le pauvre Geignard perdu dans l’immense cape conçue pour les recouvrir tous.
Le cintre matelassé qu’il portait en guise d’épaulettes lui faisait une carrure ridiculement large.
Quelques instants et une chute dans l’herbe plus tard, la jeune princesse vit son intuition confirmée. Fort heureusement, si les nains n’excellaient pas dans l’art de l’équilibre, ils se débrouillaient fort bien question atterrissage. "