dimanche 8 novembre 2015

Des mensonges dans nos têtes, de Robin Talley.



Auteur : Robin Talley.

Date sortie FR : 2 Septembre 2015, aux éditions Mosaïc à 13€90.


Genre : Ségrégation, Jeunesse.




Note : 5/5  



Synopsis :


Les filles sont faites pour se marier… Les Noirs et les Blancs ne doivent pas se mélanger… Une fille ne doit pas embrasser une autre fille… Linda ne doit pas aimer Sarah.
Rien que des mensonges?
1959, en Virginie. C’est l’histoire de deux filles qui croient qu’elles se détestent — parce qu’elles n’ont pas la même couleur de peau et qu’elles ne sont pas nées du même côté.

C’est l’histoire de Sarah et Linda qui croient qu’elles se détestent… mais c’est aussi l’histoire de l’année où tout va changer — parce que les mensonges des autres vont voler en éclats et que les vies, les cœurs de Sarah et Linda vont s’en trouver bouleversés pour toujours…



La Chronique :


Je ne vais pas mentir, la première partie de cette lecture n'a pas été l'une des plus facile pour moi. L'intégration des noirs dans ce lycée de blanc, ou devrais-je dire plutôt cette "boucherie", m'a brisée le cœur à de nombreuses reprises. Etant une personne particulièrement sensible, j'avais l'impression que ces jeunes gens, seulement désireux d'apprendre et d'être comme tout le monde, se rendaient chaque matin, chaque heure et chaque minute à l'abattoir...
Personnellement, j'ai juste trouvé ça "Incompréhensible" ! Mais comment peut-on condamner de la sorte des êtres humains juste pour une simple couleur de peau, et d'autant plus pour une chose dont ils n'y peuvent absolument rien ?

Cette histoire est d'autant plus "choquante" et touchante, qu'elle est imaginée à partir de témoignages réels et que ces faits ce sont déroulés il y a moins de 60 ans. Comment les hommes pouvaient-ils être aussi idiots pour croire que la pâleur de notre peau nous donnait un avantage sur les autres ? Mais surtout, comment certains aujourd'hui peuvent-ils encore penser ça ?

Et pourtant, rien de tout cela ne m'a une seule fois donné envie de refermer ce livre, bien au contraire. Car malgré ma difficulté à gérer la peine qui m'envahissait face à un sujet aussi sensible, je ressentais le besoin de poursuivre cette lecture page après page, épreuve après épreuve... Réellement passionnée par le courage de Sarah et la force de ces neufs autres élèves noires participants à l'intégration.


Au bout de quelques chapitres (ou mensonges), est venu ensuite le point de vue de Linda. Tout d'abord plus "léger" dans ces monstruosités face aux noirs, puisque Linda n'avait personnellement pas à subir ça à longueur de journée, mais également parce que j'avais la curiosité d'apprendre à la connaître. J'étais réellement curieuse de comprendre comment elle pouvait passer de la Linda du début du roman, à celle qui développera plus tard des sentiments pour Sarah.
C'est donc, ce que son point de vue nous démontre, il nous permet de "comprendre" les pensées d'une jeune blanche de l'époque, qui n'a pas apprit à grandir avec ses propres pensées, mais qui s'est retrouvée dès son plus jeune âge muni d’œillères, ainsi que de préjugés et de haines contres les noires. Comment penser autrement, quand toutes les personnes de "confiance" vous dises qu'une couleur de peau est suffisante pour se valoir meilleur qu'eux ?
Bien qu’extrêmement agaçante, Linda trouve malgré elle et au travers des sentiments qu'elle éprouve pour Sarah, sa propre façon de voir les choses et de penser. Non sans erreur, ni pierre sur son chemin, mais de quoi nous passionner d'avantage et trouver un peu d'espoir derrière la monstruosité des blancs. Je crois que "Des mensonges dans nos têtes", n'aurait clairement pas été le même si nous n'avions pas eu les points de vues de chacun, et que je n'aurais d'ailleurs, sans doute jamais fini le livre si les pensées de Linda ne m'avait pas permis d'apercevoir cette lumière au bout du tunnel.


Ma conclusion ?
Je ne vais pas y aller par quatre chemins, ce roman m'a révolté, brisé le cœur et émue, mais quel plaisir de le découvrir ! Une petite merveille, écrite avec une plume extraordinaire, qui retrace à la perfection et sans aucun défaut des sujets extrêmement sensibles à l'époque et encore de nos jours.
On peut retrouver sur la couverture du livre : "Un roman insolent, vrai, courageux et poignant" et c'est exactement ça ! On s'attache au personnage, y découvre leur incroyable courage, mais également parfois leur faiblesse, tout ceci dans une parfaite justesse, sans parvenir à se séparer du livre !

Je reconnais que le sujet assez sensible "Des mensonges dans nos têtes", de Robin Talley, peut faire reculer certains lecteurs, (je suis moi même très peu habituer à ce genre), mais n'hésitez pas une seule seconde : ce livre en vaut vraiment le détour !


Un grand merci à Babelio et aux éditions Mosaïc pour cet envoi ! 





Extraits :


Règle numéro un : Ignorer ce que les blancs te disent et marcher droit devant toi. Règle numéro deux : Toujours t'asseoir aux premiers rangs, près de la porte, pour pouvoir t'enfuir rapidement si nécessaire. Et règle numéro trois : Rester groupés aussi longtemps que possible. 

"... C'est dans la déclaration d'indépendance de Thomas Jefferson. Il est écrit "Tous les hommes sont créés égaux." Et Thomas Jefferson est le plus américain des Américains !"

Quand toute la classe a été appelée, tout le monde jette son chapeau en l'air - Et, parmi toutes les mains qui se tendent vers le ciel, il y a deux mains noires. 
J'ai toujours pensé que ça en vaudrait la peine. 
J'avais raison. 

- Il y aura toujours des gens pour vouloir décider à ta place. Et qui essaieront de te dire qui tu es. Souviens-toi : quoi qu'ils prétendent, c'est toi qui sais vraiment. 

C'est le moment le plus terrifiant de ma journée. Je vois Ruth fendre la foule, la tête haute, le regard braqué droit devant elle. On dirait Moïse quand les eaux s'ouvrent devant lui. Les blancs lui hurlent dessus, mais bon sang, ils s'écartent. Et quand ils lui crachent dessus, elle fait comme si elle ne sentait rien. 
J'ai envie de pleurer, mais je fais comme elle - j'avance. 


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire